Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Actualités

Contribution de la recherche scientifique à la restauration de Notre-Dame

Audition de Loïc Bertrand par le Sénat et l’Assemblée nationale

par Fanny Dubray - publié le , mis à jour le

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques (OPESCT) organisait ce jeudi 23 mai une audition publique consacrée au rôle que devra jouer la science dans le chantier de restauration de Notre-Dame-de-Paris. Loïc Bertrand, Directeur d’IPANEMA, s’est exprimé lors d’une table-ronde consacrée au rôle de la recherche scientifique. L’événement était retransmis en direct sur le site du Sénat.

La première table ronde, présidée par Gérard Longuet, Sénateur et Président de l’OPECST, était consacrée au rôle de la science dans la restauration de la cathédrale. Jean-François Lagneau (ICOMOS) et Pascal Mignerey, président honoraire de la Conférence des conservateurs régionaux des monuments historiques, ont rappelé l’histoire des monuments nationaux en France. Cécile Ullmann, conservatrice des monuments historiques, a souligné l’importance de la science dans la documentation du projet de restauration, la compréhension des pathologies, la définition des protocoles de restauration, mais également le suivi du chantier et la diffusion des connaissances à son issue. La science est ainsi une condition nécessaire à la réussite d’un chantier de restauration. Décrivant les mesures déjà mises en oeuvre dans l’urgence, Pascal Brunet, architecte en chef des monuments historique, a de son côté expliqué que la catastrophe qui a frappé Notre-Dame pouvait s’avérer une formidable opportunité en matière de connaissance. Philippe Dillmann et Martine Regert (CNRS) ont souligné l’importance de l’interdisciplinarité. Aline Magnien (LRMH) a expliqué le rôle de son laboratoire.

La seconde table-ronde, présidée par Cédric Villani, Député et Vice-Président de l’OPECST, mettait l’accent sur la place qui devait être réservée à la recherche dans ce chantier de restauration. Elle a réuni Arnaud Ybert, président de l’Association des scientifiques au service de la restauration de Notre-Dame de Paris, Livio De Luca (MAP), Maxime L’Héritier (Université Paris 8), M. Yves Malier (Académie des technologies), Lise Leroux (LRMH), Bernard Thibaut (LMGC) et Loïc Bertrand (IPANEMA).

Le Directeur d’IPANEMA et Directeur scientifique d’E-RIHS durant sa phase préparatoire a abordé les applications du synchrotron à la restauration de Notre-Dame. Il a ensuite évoqué le budget exceptionnel adopté par le DIM "Matériaux anciens" de la Région Île-de-France pour financer des programmes de recherche suite à la catastrophe. Rappelant le rôle de premier plan joué par la France et l’Europe dans le domaine des sciences du patrimoine, il a également mentionné la Déclaration "Patrimoines, sciences et technologies : une chance pour nos sociétés et l’économie mondiale", adoptée à Paris le 15 février 2019. Il a enfin appelé les décideurs politiques à soutenir l’adoption d’un budget ambitieux pour financer la recherche européenne sur le patrimoine, tout en soutenant la création d’une véritable force de recherche coordonnée au niveau européen, à travers l’infrastructure E-RIHS.

Retrouvez l’intégralité du discours de Loïc Bertrand.

Le programme de l’audition plénière et la vidéo sont consultables en ligne.

Voir en ligne : Sciences et technologies en appui de la restauration de Notre-Dame de Paris


+