Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Actualités

La revue Analytical Chemistry publie des développements d’IPANEMA en imagerie 3D pour mieux comprendre les métaux anciens

par Bénédicte Charbonnel - publié le

La composition des objets métalliques anciens est généralement étudiée en détail à partir d’un prélèvement par des méthodes comme la microscopie électronique à balayage (MEB). Une équipe constituée de scientifiques d’IPANEMA, du synchrotron SOLEIL, des laboratoires TRACES (Toulouse) et GEMaC (Versailles) et des musées du Quai Branly et du Louvre vient de montrer que l’imagerie 3D de rayons X permet de s’affranchir de toute préparation. La méthode de tomographie semi-quantitative, couplée à une analyse statistique, permet de différencier les composés présents dans les échantillons en 3D et de confirmer une identité chimique par comparaison des paramètres d’atténuation. Des composés chimique comme la cuprite (Cu2O), un constituant majeur des cuivres corrodés, et l’atacamite (Cu2(OH)3Cl), composé mineur, ont pu être clairement localisés dans des artefacts provenant du sud de la Mésopotamie et de la vallée de l’Indus (3e-2e millénaire avant J.C.). Mieux encore, l’équipe a mis en évidence la transformation rapide de certains composés dès leur mise à l’air lors des préparations pratiquées habituellement, ce qui a pu conduire à une identification erronée par les méthodes usuelles. Publiée le 4 janvier 2019 dans la principale revue de chimie analytique, Analytical Chemistry, cette méthodologie est applicable à la plupart des matériaux hétérogènes multiphasiques.

Voir en ligne : Synchrotron-based phase mapping in corroded metals : insights from early copper-base artefacts


+