Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Actualités

Séminaire recherche du 18 février 2022 à 14h

Thématique : La tomographie par rayons X dans l’archéologie et la paléontologie

par Laurent Tranchant - publié le

18 Février 2022 – 14h00-15h30
Clémence Iacconi – doctorante au PPSM, ENS Paris Saclay

Laboratoire de Photophysique et Photochimie Supramoléculaire et Macromoléculaire, 4 Av. des Sciences, 91190, Gif-sur-Yvette

Titre : Analyse 3D de textiles minéralisés de l’Âge du fer


Sylvain Charbonnier – Professeur au MNHN
Directeur-adjoint de l’UMR 7207, CR2P
Responsable scientifique des collections de paléontologie

Centre de recherche en paléontologie de Paris, 8 Rue Buffon, 75005, Paris

Titre : Rayons X et crustacés

Résumé : Le Lagerstätte de La Voulte-sur-Rhône (Ardèche) est un gisement à conservation exceptionnelle du Jurassique moyen (environ 165 Ma) connu depuis le milieu du 19e siècle. Il livre des fossiles particulièrement bien préservés à l’intérieur de concrétions en carbonate de fer. Ces concrétions - appelées aussi nodules - renferment principalement des crustacés et des thylacocéphales (groupe d’arthropodes éteint aujourd’hui). L’étude de ces organismes nécessitait, comme dans de nombreux autres gisements similaires, d’ouvrir mécaniquement les nodules avec un burin et un marteau. Le plan de cassure permettait de révéler le fossile et d’en étudier partiellement l’anatomie : les parties du corps encore noyées dans la gangue restaient inaccessibles ou étaient souvent détruites lorsqu’un dégagement plus fin était tenté. L’analyse des nodules de La Voulte aux rayons X via le CT-Scan a permis de pallier cet inconvénient et surtout de faire de nouvelles découvertes. L’imagerie 3D a permis (1) de mieux comprendre les affinités systématiques de certains crustacés, (2) d’accéder à des données paléobiologiques inattendues (dimorphisme sexuel, reproduction), (3) de cerner les conditions taphonomiques et l’origine de la fossilisation exceptionnelle. Ce dernier point a soulevé les limites du CT-Scan et la nécessité d’utiliser d’autres techniques comme le rayonnement synchrotron.


Le séminaire aura lieu sous format hybride. Si vous souhaitez y assister, vous pouvez demander le lien de connexion aux organisateurs : Luca Polacchi (luca.polacchi@synchrotron-soleil.fr) et Laurent Tranchant (laurent.tranchant@synchrotron-soleil.fr).


+