Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Actualités

Soutenance de thèse : Philip Kenneth Cook

publié le

La soutenance de la thèse de Philip Kenneth Cook
« Microfocused X‐ray methodologies
for the biogeochemical study of archaeological and modern otoliths »
se déroulera le mardi 22 septembre 2015 à 14h00 précises dans la salle de conférences du Pavillon d’accueil du Synchrotron SOLEIL.

Le jury sera composé de : Karin LIMBURG (State University of New York), Ina REICHE (UPMC), Sylvain RAVY (Université Paris Sud), Claire E. LAZARETH (IRD), Jean-Denis VIGNE (CNRS/MNHN), Loïc BERTRAND (IPANEMA), Élise DUFOUR (MNHN), Marie-Angélique LANGUILLE (CRC), et Jean-Pierre CUIF (ancien professeur Université Paris Sud).

Résumé

Les otolithes, croissances aragonitiques de l’oreille interne des poissons téléostéens, peuvent être utilisés comme traceurs des variations de l’environnement rencontrées par un individu au cours de sa vie. Un ensemble d’otolithes de Sciaenidae et d’Ariidae archéologiques et modernes a été étudié dans le but d’améliorer les méthodes de reconstruction paléo-environnementale utilisant les otolithes et les autres biominéraux carbonatés stratifiés. L’incorporation du strontium, l’élément lié à l’environnement le plus facilement accessible, a été étudiée par analyses ponctuelles et par cartographie de spectroscopie d’absorption des rayons X (XAS). Une approche multivariée de cartographie rapide de l’environnement chimique a été mise en place pour déterminer le mode d’incorporation du Sr sur une superficie de 0,25 mm2 avec une résolution micrométrique. Ces résultats démontrent pour la première fois avec une résolution latérale micrométrique sur des distances millimétriques que le Sr se substitue aléatoirement au calcium dans le réseau de l’aragonite, indépendamment de la concentration en Sr, de l’âge de l’individu ou de la période géologique. D’autre part, des cartes élémentaires sur des zones atteignant 2,6 mm2 ont été collectées à des résolutions latérales micrométriques avec plusieurs techniques d’émission de rayons X (émissions provoquées par les particules des rayons X (PIXE) et fluorescence des rayons X par rayonnement synchrotron (SR-μXRF)). Ces cartes permettent l’examen détaillé de l’histoire de la vie d’un individu et de la taphonomie de l’échantillon avec une haute résolution temporelle, tout en identifiant les défauts ou les éléments abiogéniques. Enfin, la diffraction des rayons X par rayonnement synchrotron (SR-XRD) a été utilisée pour cartographier la texture cristalline sur des sections complètes d’otolithes afin d’approfondir notre connaissance de la structure interne et de la croissance des otolithes. Ces développements fournissent des outils précieux pour de futures études des biominéraux, mais plus généralement pour les sciences des matériaux.

La sélection et la mise en œuvre de ces méthodes ont été réalisées dans le but d’exploiter au maximum leur fort potentiel pour l’étude des biocarbonates stratifiés, tout en tenant compte des approches existantes et en cherchant à en améliorer certains aspects tels que la profondeur d’information, la résolution latérale, la sensibilité, et les dégâts d’irradiation provoqués par les faisceau. Ce travail démontre la stabilité et l’homogénéité de l’incorporation du Sr par substitution aléatoire au Ca dans l’aragonite biogénique des otolithes modernes et archéologiques. Des cartes multi-élémentaires ont été collectées à l’aide de la SR-μXRF dans un temps raisonnable de quelques heures, et permettent de distinguer une contamination ou des défauts dans l’échantillon, mais également de corréler les cartes obtenues à des observations microscopiques des sections pour fournir une résolution temporelle. Les orientations préférentielles des cristallites composant les sections d’otolithes ont été analysées par la méthode d’acquisition rapide « flyscan », permettant de réduire le temps de mesure à quelques minutes au lieu des quelques heures nécessaires auparavant.


+