Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Actualités

Suivre les fossiles à la trace… d’yttrium !

par Bénédicte Charbonnel - publié le , mis à jour le

Dans les fossiles aussi le « diable » se cache dans les détails, tels que des traces chimiques invisibles aux yeux des paléontologues mais dévoilées par des méthodes d’imagerie avancée.
Parmi ces dernières, la cartographie (2D) d’éléments traces dans des fossiles plats, permise par l’utilisation des faisceaux de rayons X très intenses disponibles dans les synchrotrons, a récemment révélé une série de nouvelles informations essentielles sur leur biologie, leur environnement et/ou leur préservation. Lorsqu’ils utilisent cette méthode, les paléontologues ciblent généralement les éléments jusqu’au strontium, particulièrement intéressant pour l’étude des vertébrés car il s’incorpore dans les os.
En plus de ces éléments, des chercheurs travaillant à IPANEMA, au synchrotron SOLEIL et au Muséum national d’Histoire naturelle ont aussi cartographié l’yttrium (l’élément qui suit le strontium) dans deux « poissons » fossiles et un calamar, d’âges et d’environnements de dépôt différents. Alors que le strontium substitue indifféremment le calcium dans les phosphates de calcium (comprenant notamment l’apatite, principal composant de l’os) et dans les carbonates de calcium (principal composant du calcaire et des coquilles), n’offrant aucun contraste chimique dans le cas de fossiles conservés dans le calcaire, l’yttrium substitue préférentiellement le calcium dans les phosphates de calcium, produisant un contraste pour une bien plus large gamme de fossiles.
Publiée le 12 juin 2018 dans la revue Palaeontology, cette méthode devrait également permettre de localiser les phosphates de calcium dans des fossiles et autres matériaux géologiques, ainsi que, grâce à la haute sensibilité (jusqu’à quelques µg/g) offerte par les faisceaux synchrotrons, d’identifier des traces d’os dans le registre fossile, notamment chez les tous premiers vertébrés.



Contact chercheur

Pierre Gueriau | pierre.gueriau@synchrotron-soleil.fr

Voir en ligne : Show me your yttrium, and I will tell you who you are : implications for fossil imaging, Pierre Gueriau, Clément Jauvion et Cristian Mocuta. DOI : 10.1111/pala.12377


+