Partenaires

CNRS
Ministère de la Culture et de la Communication
Université Versailles Saint-Quentin


Rechercher


Accueil > Événements scientifiques > Conférence Synchrotron radiation and neutrons in art and archaeology (SR2A-2014) > Partenaires

Rayonnement synchrotron et neutrons pour l’art et l’archéologie (SR2A-2014)

Musée du Louvre, Paris, 9—12 Sept 2014

publié le , mis à jour le

Partenaires de la conférence

- IPANEMA
IPANEMA est une unité mixte du CNRS et du Ministère de la Culture et de la Communication (USR 3461). IPANEMA est un laboratoire de développement de méthodes avancées de caractérisation de matériaux de l’archéologie, des paléo-environnements, de la paléontologie et du patrimoine culturel, et d’accompagnement de recherches synchrotron avec des utilisateurs externes hébergés sur la plateforme. Pour ce faire, IPANEMA développe et met à disposition un ensemble de techniques pour préparer les prélèvements, étudier artefacts et échantillons, analyser statistiquement les jeux de données collectées.

- C2RMF
Le C2RMF est un service à compétence nationale du ministère de la culture chargé de l’analyse et de la conservation des collections des musées de France. Le département de recherche du C2RMF est installé dans l’enceinte du palais du Louvre et rassemble environ 40 personnes qui réalisent des études et des recherches sur les collections des musées de France. Il met en œuvre des méthodes d’analyse variées comme l’imagerie multispectrale, des techniques de radiographies X et des moyens d’analyse physico-chimique permettant la caractérisation d’une grande variété de matériaux du patrimoine. Les principales missions du département recherche du C2RMF concernent l’expertise pour les musées (authentification et assistance à la conservation), le développement de nouvelles techniques de caractérisation des matériaux du patrimoine culturel et le développement et la coordination de programmes de recherche dans les domaines de l’histoire de l’art et des sciences de la conservation. Le C2RMF est impliqué dans des travaux de recherche avec le CNRS à travers un partenariat avec l’Institut de Recherche de Chimie ParisTech IRCP, UMR 8247), une unité de recherche qui dispose des moyens de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie Paris (ENSCP). Le C2RMF est également un des partenaires du Labex des sciences du patrimoine culturel et participe à de nombreux réseaux de recherche internationaux dans le domaine des sciences du patrimoine.

- CRCC
Le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC) est une unité de recherche fondée en 1963 sous l’égide du Conseil National de la Recherche Scientifique (CNRS), du Ministère de la Culture et du Musée National d’Histoire Naturelle. Le CRCC tente de trouver des remèdes aux altérations biologiques qui menacent les collections d’archives et les objets de musée. Une équipe de scientifiques en conservation dotés d’un solide bagage en physique, en chimie et en microbiologie, s’efforce d’évaluer les mécanismes de dégradation des matériaux du patrimoine culturel et d’introduire des techniques de conservation/restauration respectueuses de l’environnement. Pour remplir ces objectifs, le CRCC est équipé de plateformes techniques permettant d’analyser les matériaux organiques et inorganiques et d’effectuer des tests de vieillissement accéléré dans des chambres climatisées. Ses domaines de recherche couvrent, entre autres, le papier et l’encre, le cuir et le parchemin, les documents photographiques, les matériaux modernes et contemporains, les spécimens d’histoire naturelle, la bioaltération. Le CRCC coordonne le projet de recherche international POPART sur la conservation des objets en plastique financé par la Commission Européenne. Il a également un rôle à jouer dans les réseaux internationaux de recherche et dans les projets internationaux financés par la fondation Mellon ou la fondation Getty tels que l’Initiative pour la Préservation de Photographies au Moyen-Orient, l’initiative de l’Ermitage ou les programmes de formation de l’ICCROM (CollAsia ou SOIMA). Le CRCC, LRMH et le Musée de la Musique constituent ensemble le Centre de Recherche sur la Conservation (CRC USR3224).

- LAMS
Le Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (LAMS) du CNRS, basé à l’Université Paris 06, travaille essentiellement sur deux axes de recherche :
- L’évolution des matériaux sur le long terme afin de déterminer certains marqueurs informatifs fiables dans les matériaux anciens (pour étudier la vie des anciennes civilisations) et de cerner les mécanismes de transformation naturelle d’archéomatériaux ;
- L’étude et l’évolution de la culture matérielle (savoir-faire technologique, matières premières utilisées) dans des aires géoculturelles précises, en relation étroite avec les réseaux commerciaux.
Le LAMS développe un plateau technique constitué d’appareils mobiles d’analyse, parfois construits par son équipe, notamment pour la spectroscopie de fluorescence des rayons X et la diffraction des rayons X. Le LAMS travaille également régulièrement sur différentes sources européennes de rayons X.

- LAPA
Le Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (LAPA) est basé au CEA de Saclay et réunit des chercheurs et des équipements du CEA et du CNRS (SIS2M UMR3299 et LMC IRAMA UMR5060). LAPA utilise la chimie et la science des matériaux, dans une perspective historique ou archéologique, pour comprendre la façon dont les métaux anciens ont été produits, déterminer leur nature et la façon dont ils ont été commercialisés. De plus, LAPA oriente ses recherches sur la compréhension des mécanismes d’altération et de corrosion des objets ferreux archéologiques. Ces études ont de nombreuses retombées dans le domaine de la conservation/restauration des matériaux du patrimoine. Elles permettent aussi de fournir des données cruciales pour la modélisation du comportement des matériaux qui seront utilisés par l’industrie nucléaire et le génie civil dans le futur.

- LRMH
Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH) est un service public national lié au département du Patrimoine du Ministère de la Culture et de la Communication. Les activités du LRMH sont consacrées aux études et à la recherche sur la conservation des bâtiments, des artefacts et des objets classés "Monuments Historiques". Il travaille en collaboration avec des architectes, des conservateurs et des restaurateurs dans le cadre d’études préliminaires, de travaux de restauration ou d’enquêtes scientifiques. Il est composé de 38 agents permanents (géologues, chimistes, microbiologistes, ingénieurs des matériaux, etc.). Ses domaines de recherche sont les principaux matériaux de construction du patrimoine culturel (pierre, vitraux, peintures murales, peintures rupestres, polychromies sur bois et sur pierre, métal, béton, textile, bois), les causes et les mécanismes de dégradation, les traitements appliqués aux monuments détériorés et aux œuvres d’art, et les conditions de conservation de l’environnement intérieur et extérieur.

- Le Musée du Louvre
Le Louvre, dans ses métamorphoses architecturales successives, domine le centre de Paris depuis la fin du 12ème siècle. Alors construit sur le côté ouest de la ville, sa structure originale a été progressivement transformée, à mesure que Paris se développait. La forteresse sombre des débuts est vite devenue la résidence moderne de François Ier et le somptueux palais du Roi-Soleil, Louis XIV. Le palais du Louvre s’est fait musée en 1793. Il abrite aujourd’hui une riche collection d’œuvres d’art couvrant l’art occidental de l’époque médiévale à 1848 (Arts décoratifs, estampes et dessins, peintures, sculptures), l’art des civilisations anciennes (Antiquités orientales, Antiquités égyptiennes, Antiquités grecques, étrusques et romaines) et l’art islamique.

- Département Préhistoire du MNHN
Cherchant à se définir au sein de son environnement et face à l’avenir, l’Homme doit se rappeler qu’il est, depuis plus de deux millions d’années (la période Quaternaire), le grand témoin, mais aussi l’un des acteurs, de l’évolution du climat, des milieux et de la biodiversité. C’est dans cette optique que l’UMR 7194, Département de Préhistoire du Muséum national d’histoire naturelle, étudie et enseigne –au sens le plus large du terme– une préhistoire naturaliste et interdisciplinaire, ancrée sur une démarche patrimoniale dont les mots-clés sont lignée humaine, environnements, comportements, et temps long. En interaction constante avec les autres composantes du Muséum, et avec de nombreuses unités relevant du CNRS et des universités, elle développe un projet largement ouvert sur des réseaux scientifiques nationaux et internationaux.

- PATRIMA
PATRIMA rapproche les sciences humaines, les sciences sociales et les sciences naturelles dans la Fondation des Sciences du Patrimoine. Son but est d’honorer et de promouvoir le patrimoine culturel à travers le développement de programmes internationaux de recherche et d’éducation. Initiée par les universités de Cergy-Pontoise et de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, la Fondation est composée d’institutions culturelles prestigieuses, dont le Musée du Louvre, la Bibliothèque Nationale de France, le Musée du Quai Branly et le Château de Versailles ; de nombreux grands laboratoires de recherche et de restauration ; de scientifiques, d’historiens et de défenseurs de l’environnement.

- Synchrotron SOLEIL
SOLEIL, acronyme de « Source Optimisée de Lumière d’Energie Intermédiaire du LURE », est le centre français de rayonnement synchrotron. Implanté sur le Plateau de Saclay à Saint Aubin (Essonne), c’est un accélérateur de particules (des électrons) qui produit le rayonnement synchrotron, source de lumière extrêmement puissante (10000 fois plus intense que la lumière solaire) qui permet d’explorer la matière inerte ou vivante. Chaque année 3500 chercheurs viennent utiliser le synchrotron, dans des domaines allant de l’archéologie à la medecine, en passant par la microélectronique.


+